FORTE DE SON SUCCES, L’ADMINISTRATION DE L’AEROPORT ENTREPREND LA CONCEPTION DE LA PROCHAINE PHASE D’AGRANDISSEMENT DE L’AEROGARE AU COUT DE 95 MILLIONS

Date de diffusion: 
17 Mai 2005 :00ampm-abbreviation am
En raison de la hausse marquée du trafic voyageurs, l’Administration devance la conception des travaux d’agrandissement dont les débuts seront déterminés à une date ultérieure

Le 17 mai 2005 (Ottawa) – L’Administration de l’aéroport international d’Ottawa vient d’annoncer l’envolée de la conception de la phase II du projet d’agrandissement de son aérogare et de l’aire de trafic connexe. L’appel de propositions sera lancé prochainement aux intéressés.

« En 2004, l’aérogare a enregistré un nombre record de voyageurs, a souligné Jim Durrell, Président du conseil d’administration de l’aéroport, en rendant publique cette décision. Le conseil d’administration a décidé de prendre les devants en faisant faire les plans de conception. La fréquentation enregistrée au début de 2005 dépasse nos prévisions les plus optimistes. En temps normal, les hausses annuelles oscillent entre 2 et 3 pour cent, alors que depuis 12 mois, elles se maintiennent aux alentours des 9 à 10 pour cent.»
Le président et chef de la direction de l’Administration de l’aéroport, Paul Benoit, a été le grand « maître d’œuvre » de la nouvelle aérogare ultramoderne parachevée en octobre 2003, un projet réalisé en devançant de six mois le calendrier des travaux et dans le respect du budget, ceci sans aucune aide gouvernementale.

« Nous allons reprendre la formule gagnante appliquée à la construction de la nouvelle aérogare et devrions avoir en main d’ici à un an tous les plans de conception et les documents contractuels, a affirmé Paul Benoit. Durant cet exercice, nous surveillerons attentivement le marché afin de déterminer le moment opportun pour lancer les travaux. »

De préciser Paul Benoit : « Une fois la conception arrêtée, nous serons prêts à amorcer la construction aussitôt que la conjoncture nous sera favorable. Cette approche nous permettra de connaître avec précision dès la première pelletée de terre les coûts anticipés et de progresser rapidement lorsque ces conditions seront réunies. Nous ne pouvons pas nous permettre les engorgements qui nuisent à notre croissance et qui prévalaient avant l’ouverture de la nouvelle aérogare. »

Cette décision sera bien accueillie par les voyageurs et les contribuables, selon Paul Benoit, d’autant plus que l’Administration ne prévoit pas augmenter les frais d’améliorations aéroportuaires et que le projet dans sa totalité sera financé sans le recours à des fonds publics.

L’AAIMCO exploite l’Aéroport international d’Ottawa sans subventions du gouvernement dans le cadre d’un accord de cession de bail sur 60 ans avec Transports Canada. L’AAIMCO a pour mandat de gérer, d’exploiter et de mettre en valeur les installations et les terrains de l’aéroport pour soutenir la croissance économique de la région de la capitale nationale.