L’ADMINISTRATION AÉROPORTUAIRE D’OTTAWA TERMINE L’ANNÉE 2003 SUR UNE NOTE POSITIVE

Date de diffusion: 
22 Mars 2004 :00ampm-abbreviation am
Le 22 mars 2004 (Ottawa) – L’Administration de l’aéroport international d’Ottawa a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour l’année 2003.

Pour l’année terminée le 31 décembre 2003, l’excédent des revenus sur les dépenses a été de 12,4 millions de dollars, comparativement à 11,4 millions pour l’année terminée le 31 décembre 2002. Comme en 2002, les frais d’administration aéroportuaire (FAA) ont été un facteur important dans les résultats financiers.

« Nous prévoyions une augmentation des coûts suite à l’achèvement et à l’ouverture de l’aérogare », a confié Paul Benoit, président et chef de la direction de l’Administration aéroportuaire. « Grâce à une gestion prudente et à l’attention portée à chaque détail par l’équipe de l’Administration, nous avons pu respecter notre plan, avec les résultats que nous voyons aujourd’hui. »

Le nombre de voyageurs a aussi augmenté légèrement cette année, soit de 1,4 % par rapport à l’année précédente.

Revenus
En 2003, l’Administration a produit des revenus totaux de 63,3 millions de dollars, comparativement à 55,3 millions en 2002. Des frais d’amélioration aéroportuaire de 20,8 millions de dollars en 2003 sont à l’origine de 7,1 millions de dollars de l’augmentation des revenus totaux. En plus des frais d’amélioration aéroportuaire, l’Administration produit des revenus provenant principalement des concessions, du stationnement de véhicules, des loyers pour des terrains et de l’espace, et des droits d’atterrissage et droits d’aérogare qu’elle facture aux transporteurs aériens.

Dépenses
Les dépenses avant amortissement sont passées de 40,8 millions de dollars en 2002 à 45,2 millions de dollars en 2003. En outre, l’amortissement a atteint 5,7 millions de dollars en 2003, contre 3,1 millions en 2002, du fait de l’amortissement de la nouvelle aérogare et des installations de soutien à compter du 12 octobre, date d’ouverture de la nouvelle aérogare. Les dépenses avant amortissement ont augmenté parce que les coûts de la sécurité ne sont pas entièrement couverts par l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) et qu’il y a eu des hausses appréciables des coûts d’assurance et des tarifs d’électricité, ainsi que des rajustements et des coûts liés aux provisions pour mauvaises créances. L’Administration a aussi engagé des coûts supplémentaires pour les opérations de transition de l’ancienne aérogare à la nouvelle, et pour l’exploitation des systèmes partagés qui étaient jusque là l’affaire des transporteurs aériens dans l’ancien environnement.

Les dépenses comprennent 7,3 millions de dollars de frais d’intérêt sur l’offre d’obligations de mai 2002 pour le financement du Programme d’expansion de l’aéroport (PEA). Avec l’arrivée à terme du projet, les frais d’intérêt ne sont plus capitalisés dans le cadre du PAE, mais reflétés dans l’état des résultats.

Ressources en capital
En 2003, à l’exclusion des intérêts capitalisés, l’Administration a effectué des sorties de fonds de 116 millions de dollars en dépenses d’investissement pour le PEA et d’encore 1,1 million de dollars pour les dépenses d’investissement pour l’entretien. Le produit de l’offre d’obligations de 270 millions de dollars de l’Administration en mai 2002 a donné des ressources et permis de rembourser l’emprunt bancaire qui avait servi à financer les dépenses du PEA jusqu’à la fin de l’offre. Pendant l’année, Moody’s, Standard & Poors et DBRS ont confirmé les cotes de crédit A1, A+ et A (élevée), respectivement, pour cette offre d’obligations de l’Administration.

Trafic voyageurs
Il y a eu 1,4 % plus de voyageurs en 2003 qu’en 2002. En 2003, seuls les mois d’avril, mai et août ont reflété un nombre de voyageurs qui n’a pas été supérieur à celui des mêmes mois de 2002.

L’Administration de l’aéroport international d’Ottawa tiendra son Assemblée publique annuelle le 5 mai 2004, à 16 h, au Centre des congrès d’Ottawa.

L’AAIMCO exploite l’Aéroport international d’Ottawa sans subventions du gouvernement dans le cadre d’un accord de cession de bail sur 60 ans avec Transports Canada. L’AAIMCO a pour mandat de gérer, d’exploiter et de mettre en valeur les installations et les terrains de l’aéroport pour soutenir la croissance économique de la région de la capitale nationale. Sa nouvelle aérogare ultramoderne a ouvert ses portes le 12 octobre 2003.

– 30 –

Personne-ressource :
Krista Kealey
Administration aéroportuaire d’Ottawa
(613) 248 2050
kealeyk@ottawa-airport.ca